Skip to main content

Surfiler une couture, c’est pratique et esthétique

Vous entendrez souvent le mot surfiler en couture. Surtout pour la confection de vos vêtements. Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?

Surfiler consiste à coudre un point spécifique tout le long du bord de votre tissu pour éviter qu’il ne s’effiloche à l’usage. Ce sera beaucoup plus joli que de laisser un bord brut. Il existe plusieurs méthodes pour surfiler ses coutures et obtenir de belles finitions. Allez ! Je vous explique tout dans cet article.

Qu’est-ce que surfiler ?

Observez bien les coutures de vos chemisiers ou tee-shirts du commerce. Vous remarquerez des points qui enrobent les bords de votre vêtement. C’est ça le surfil ! Une couture qui vient englober les bords bruts de votre tissu et faire en sorte que la finition soit jolie certes, mais surtout que le tissu ne s’effiloche pas.

Il n’est pas obligatoire de surfiler tous les tissus. En effet, les tissus mailles comme le jersey ont la réputation de ne pas bouger. Dans ce cas, pas besoin de surfiler. Bon ok, ils s’enroulent sur eux-mêmes par contre. Mais ça, c’est un autre sujet.

A l’inverse les bords coupés des tissus chaine et trame ont la fâcheuse tendance à s’effilocher et pas qu’un peu. Dans ce cas, s’il n’est pas prévu de doublure à votre ouvrage, le surfilage est une étape indispensable pour obtenir de belles finitions.

Attention, le surfil ne remplace pas votre couture d’assemblage (au point droit par exemple). Il est seulement là pour la finition.

Mais je surfile avant ou après la couture ?

Tout dépend de vos tissus. Si ceux-ci sont épais, pour éviter les épaisseurs, on aura tendance à privilégier une couture ouverte. C’est-à-dire que les deux marges de couture seront rabattues de chaque côté de la couture. Dans ce cas, il est plus facile de surfiler en premier ses 2 pièces. Puis de les coudre endroit contre endroit avec un point droit à 1cm du bord par exemple, et pour finir d’ouvrir la couture au fer.

Pour les tissus plus fins, on peut privilégier une couture couchée. C’est-à-dire que les 2 marges de couture seront rabattues ensemble d’un côté seulement de la couture. Dans ce cas, on peut d’abord assembler ses 2 pièces endroit contre endroit avec un point droit à 1cm du bord par exemple, puis ouvrir la couture au fer, rabattre, les deux marges de couture d’un côté ou de l’autre toujours grâce au fer à repasser puis surfiler les 2 marges de couture ensemble. Effectivement cette méthode est légèrement plus rapide que la précédente.

Comment surfiler à la machine à coudre ?

Pour surfiler à la machine à coudre, le point le plus simple est le point zig zag.

Pour des tissus qui s’effilochent fortement, privilégiez un point zig zag court (à adapter avec la longueur du point) et large (à adapter avec la largeur du point). Pour des tissus qui s’effilochent légèrement, privilégiez un point zig zag long et étroit. Faites tout de même attention à ce que le point zig zag ne rigidifie pas trop vos marges de couture. Ça modifierait le tombé de votre ouvrage et donc son rendu final. Ce serait vraiment dommage.

Pour ce faire, trouvez le bon réglage (spécifique à votre machine) en faisant quelques tests sur des chutes de tissus. Et oui, encore la preuve qu’il faut garder ses chutes de tissus : ça sert toujours !

Pour surfiler au point zig zag, il suffit de piquer une fois dans le tissu dans la marge de couture et une fois à l’extérieur tout près du bord du tissu. Et ainsi de suite.

Vous pouvez aussi réaliser un zig zag avec les deux points dans la marge de couture et recouper ensuite au ras du zig zag avec vos ciseaux. Attention dans ce cas, à ne pas couper le fil !

Il existe d’autres points spécifiques pour surfiler avec votre machine à coudre. Je vous en présente un juste au dessus, mais le mieux c’est d’aller (comme toujours) checker la notice de votre machine. Le point s’appelle le point de surfil (j’ai aussi vu overlock ou surjet selon les notices). Il s’utilise uniquement avec un pied presseur spécial et parfois fourni avec votre machine. Sinon vous le trouverez facilement en mercerie ou internet. Vous pouvez essayer sans ce pied presseur mais je vous garantis des gros mots et des crépages de chignions.

C’est un peu hors surjet mais j’en profite ici : attention lors de l’achat d’un pied presseur ! Privilégiez au maximum la même marque que votre machine à coudre et assurez-vous surtout que les deux soient compatibles.

Selon les machines le pied diffère. Donc là encore, go go go ! On va checker la notice de sa machine pour le reconnaître.

Le dessous du pied présente un guide contre lequel on va aligner le bord de notre tissu. Et puis ensuite, c’est comme le point zig zag. La machine pique une fois dans le tissu et une fois à l’extérieur tout près du bord du tissu. C’est plus long à réaliser que le point zig zag mais c’est le point qui se rapproche le plus du surfil industriel ou du surfil qu’on réalise à la surjeteuse. La quoi ? pas de panique, je vous explique juste en dessous 😉

Comment surfiler à la surjeteuse ?

Si vous confectionnez beaucoup de vêtement, je vous conseille de vous équiper d’une surjeteuse. Tadaaaa, voici la mienne (juste en dessous 😉 ) ! le fonctionnement est différent de la machine à coudre. Plus de bobines et d’aiguilles, des couteaux pour couper le tissu, bref. Je ne vais pas rentrer dans les détails aujourd’hui mais sachez déjà que la surjeteuse et votre machine à coudre sont COMPLEMENTAIRES !

La surjeteuse permet entre autres de réaliser de très belles finitions. Une fois que votre couture d’assemblage (point droit à 1cm du bord par exemple) est réalisée, vous pouvez réaliser un point de surfil grâce à cette machine. Equipée de couteaux, la surjeteuse va recouper la marge de couture pour que celle-ci soit bien nette et coudre en même temps un point de surfil beaucoup plus propre et efficace contre l’effilochage que le point zig zag simple.

Et d’ailleurs, si vous avez déjà essayé, vous savez déjà que c’est beaucoup plus rapide qu’à la machine à coudre.

surjeteuse de cape et d idees 750 px

La surjeteuse est complémentaire de la machine à coudre. Ici sur l’image, elle est équipée de 4 fils.  Elle est prête pour assembler et surfiler des tissus extensibles comme le jersey.

surjeteuse 3 ou 4 fils de cape et d idees 750 px

Avec 4 fils (en bas sur l’image, tissu gris), la surjeteuse assemble et surfile en même temps. Avec 3 fils (en haut sur l’image, tissu bleu), la surjeteuse surfile seulement le tissu. Pour rendre la couture solide, il faut réaliser un point à la machine à coudre.

La différence entre surfiler et surjeter ?

Vous avez peut-être déjà entendu les deux termes. On les mélange souvent d’ailleurs. Pour répondre à la question rapidement :

  • pour surfiler c’est très simple, on équipe la surjeteuse de 3 fils et en même temps elle recoupe la marge de couture et réalise un point de surfil que l’on a vu précédemment.
  • Pour surjeter, on équipe la surjeteuse de 4 fils. Dans ce cas elle va en même temps, recouper la marge de couture, réaliser la couture d’assemblage (votre point droit sur votre machine à coudre) et réaliser la couture de surfil. Magique non ? 😉 Bon par contre, c’est à réserver pour le tissu élastique seulement (comme les mailles et le jersey) ! J’utilise cette technique pour coudre mes tee-shirts par exemple. 

Et voilà, vous savez tout pour obtenir de belles finitions ! Surfil à la machine à coudre (point zig zag ou surjet) ou à la surjeteuse (avec 3 fils), c’est à vous de choisir. Dites-moi en commentaires quelle est votre méthode préférée ! je serais ravie d’avoir vos retours.

Leave a Reply

cinq × 5 =